Cercle de médiation systémique

Depuis quelques mois, je me sens appelée pour offrir mes compétences d’écoute empathique et de facilitation au service de « cercles de médiation systémique » : ce sont des cercles structurés et ritualisés qui permettent une expression et un accueil profonds des groupes minoritaires (ou non minoritaires) dits « opprimés ». Quelques exemple : les femmes (sexisme), les personnes transgenre (transphobie), les personnes racisées (racisme), les personnes grosses (grossophobie), les personnes handicapées (validisme), les personnes souffrant de maladie dite mentale (psychophobie), les personnes âgées (agisme), les enfants (violence éducative ordinaire) etc.

Pourquoi est-ce que ça m’appelle de faciliter ces cercles?

Depuis petite j’ai toujours été attirée, aimantée par la « différence », les personnes à la marge. J’ai été fortement impacté aussi par ce que je voyais comme de l’injustice partout autour de moi et dans ma vie. Ayant moi-même grandi dans une grande insécurité émotionnelle, j’ai appris à vivre dotée d’une sensibilité accrue (pour le meilleur et pour le pire). M’étiquetant comme « a-normale » j’ai vite appris à cacher mes « particularités et fonctionnements afin d’ essayer de ressembler et d’appartenir à une certaine norme sociale qui m’était présentée absolument partout: à l’école, dans les médias, les films etc. Cette norme ne ‘a certainement pas aidé à légitimiser ma différence. C’est en plongeant dans la CNV et au coeur de la vulnérabilité des êtres humain-e-s que j’ai réalisé peu à peu combien chacun-e est « a-normal-e ». J’ai envie de contribuer par mon histoire de vie et les compétences de savoir être et faire que j’ai accumulé au fil des années à ce que les communautés à la marge, sortent de l’ombre, soient entendues, vues et qu’un dialogue se fasse entre les différents groupes et communautés.

À quoi ça sert?

Loin de dénoncer un-e ennemi et une victime, un-e méchant-e et un-e gentil-le, il s’agit de se rencontrer et de s’écouter, de faire alliance pour qu’un jour au-delà de la souffrance nous puissions nous rencontrer. D’un coté les personnes qui s’expriment appartenant au groupe dit « opprimé » peuvent vivre une réelle reconnaissance, écoute et accueil des défis et blessures qu’iels portent depuis des années (toute une vie?), de l’autre les personnes écoutantes appartenant au groupe dit « opprimé » et/ou « oppresseur » peuvent entendre sans avoir à aider, faire quoique soit. Il est important pour moi de dire ici qu’il ne s’agit pas de culpabiliser qui que ce soit, plutôt de s’allier pour voir et se rendre compte ensemble des conditionnements, angles morts et autre expérience que l’on porte en nous. De cette rencontre peut surgir une compréhension plus grande, un soulagement, une connexion entre ces groupes pouvant être vus comme ennemis ou  opposés, de la reliance et de l’alliance.

« Au-delà du bien et du mal il y a un champ, c’est là que je souhaite te rencontrer. » Rumi

« Parce qu’il s’agit de cela au fond, redevenir-rester vivant·es, en acceptant de se jeter dans l’incertitude de ce que nous ne savons pas encore traverser, en prenant le risque de laisser derrière nous nos existences amoindries et anesthésiées, en nous reconnectant avec les parts de notre humanité́ dont nos privilèges nous coupent aussi, et en aimant surtout celleux avec qui nous luttons et apprenons, pour y « trouver [peut-être] une forme de joie largement supérieure à celle, individuelle et de superficie, que nous propose le système de domination. »» Lutter ensemble – Pour de nouvelles complicités politiques – Juliette Rousseau

Comment ça se passe concrètement?

L’outil du cercle de médiation systémique est une déclinaison d’un format d’éducation populaire appelé « bocal à poissons » ou « cercle samoan ». Un cercle est formé à l’extérieur « les écoutant-e-s », et un cercle à l’intérieur dans lequel les personnes du groupe dit « opprimé » peuvent venir un-e à un-e s’exprimer. Un-e facilitateur-ice est là pour créer un cadre de sécurité et de confiance. L’écoute se fait en silence et seulement le-la facilitateur-ice peut éventuellement reformuler empathiquement pour permettre un accueil plus marqué encore de l’expression de la personne.

Plus d’informations sur la structure et la philosophie de ces cercles dans ce document créé par mes ami-e-s et collègues Luce et Boris que j’affectionne particulièrement. Leur site: https://reliees.fr/


Deux prochaines dates, invitée par l’espace Catalpa à Marseille:

Bienvenue aux femmes et aux hommes !

Si vous etes sur Facebook, voici l’évènement. Cliquez « rejoindre » si vous venez et n’hésitez pas à le partager à des ami-e-s qui pourraient être intéressé-e-s!

Inscriptions: